La technique du séchage en grange

Le principe du séchage en vrac des fourrages Imprimer

1) Récolte à l'autochargeuse entre 55 et 65 % de Matière Sèche (MS). 48 heures de beau temps suffisent. La récolte du fourrage peut se faire à un stade précoce, ce qui permet d'avoir un foin de très haute qualité nutritive.

2) Déchargement du fourrage sur le quai du séchoir.

3) Reprise du fourrage à la griffe et répartition de manière homogène dans les cellules de séchage (engrangement).

4) L’air chaud et sec soufflée par un ventilateur, traverse le fourrage de bas en haut. Il capte son humidité et  le sèche progressivement.


5) Une fois la première couche quasiment sèche, on peut déposer une autre couche de fourrage humide. L'air insufflé à travers la première couche, sèche la couche suivante et ainsi de suite au fur et à mesure des récoltes. On peut ainsi sécher simultanément plusieurs couches superposées à différents degrés d'humidité.

6) Après le dernier jour de récolte, le séchage se poursuit quelques jours pour finir le processus de conservation (+/-90 % de MS).

7) le foin sec reste stocké dans la cellule.

8) L’hiver, le foin est repris avec la griffe et distribué aux animaux.


Haut de page

Le séchage à l'énergie solaire Imprimer

Le principe de fonctionnement d'un toit solaire

1) L'air extérieur pénètre par les pignons du toit dans l'espace créé entre la toiture et la sous-toiture généralement en OSB. En condition ensoleillées, cette lame d'air absorbe l'énergie solaire captée par la toiture.

2) Cette énergie récupérée augmente le pouvoir évaporatoire de l'air :

• la température de l'air canalisé s'élève en moyenne de 6 à 8 °C (+10°C à +12°C en instantané).

• l'humidité relative de l'air diminue de 10 à 20 points.

3) Par l’intermédiaire d’un ventilateur et d’une gaine d’aspiration collectrice, l’air réchauffé parvient dans une chambre, le caisson du ventilateur, d’où il est pulsé au travers du foin par l'intermédiaire de la gaine de diffusion de l'air.




Si le ciel est couvert ou en cas de pluie, l'air ne se réchauffe pas, une ventilation discontinue est alors nécessaire pour éviter l'échauffement du tas de foin.


Haut de page

Intérêts de la technique Imprimer

Le séchage du foin en grange offre une perspective intéressante pour une agriculture durable, alliant rentabilité, performance et respect de l’environnement.

Une alimentation de qualité pour les animaux
L’objectif de la technique du séchage du foin en grange est de conserver au maximum la valeur alimentaire de l’herbe sur pied, pour constituer ses stocks hivernaux. Un foin séché en grange sera beaucoup plus riche qu’un foin traditionnel pour deux raisons :

- Possibilité de récolte de l’herbe à un stade précoce, fin avril - début mai, avant épiaison (foin ou regain) et d'étaler les fauches, car il suffit d’une courte fenêtre météo pour faucher et récolter.
- Récolte à 55-65% de Matière Sèche (MS) : le fanage est réduit, ce qui limite les pertes de feuilles (des légumineuses notamment). Le temps de séjour au sol est réduit ce qui évite la perte de valeur alimentaire (rosé, UV...).

Le fourrage ainsi produit permet à l'exploitation d'aller vers une autosuffisance alimentaire. en effet, il est riche, excédentaire en protéines, à complémenter par de l’énergie (céréales, maïs grain, betterave…), qui peut être produite sur l’exploitation, limitant ainsi les achats extérieurs.

Ce fourrage est adapté à la physiologie des ruminants, les animaux sont en bonne santé avec une augmentation de leur longévité et une réduction des frais de vétérinaires.

Une technique respectueuse de l’environnement

Une part importante de prairies sur les exploitations est nécessaire. Les prairies permettent de limiter les impacts négatifs de l’agriculture sur  l’environnement :

- préservation de la qualité de l'eau (systèmes à faibles intrants engrais et pesticides),

- préservation des sols (limitation de l'érosion, préservation de leur structure),

- utilisation réduite de l'énergie directe et indirecte ( (faibles intrants, allongement des rotations, etc.).

Réduction des déchets : pas d’utilisation de bâches plastiques comme pour l’ensilage ou l’enrubannage, pas de ficelles, pas de rejet de jus.

Utilisation d’énergie renouvelable : énergie solaire pour sécher le foin dans le séchoir.

Une technique économiquement rentable

La technique du séchage du foin en grange permet réduire les charges d’alimentation et de mécanisation réduites et elle permet de valoriser les systèmes herbagers économes en intrants.

Des conditions de travail attrayantes

Récolte : planification simplifiée de la récolte grâce à une fenêtre météo courte et une réduction du nombre de fanages donc du temps de travail.
Distribution des fourrages : en intérieur, sans effort physique, très rapide, avec une odeur de foin agréable…

Des produits de qualité

➢ Le lait issu d’une alimentation à base de foin séché en grange présente une très bonne qualité gustative, et les risques de contamination par les spores butyriques et la listeria sont réduits. C’est pourquoi les laiteries AOC de Normandie proposent aux producteurs une prime « sans ensilage », ce qui leur permet de s’insérer dans des filières de qualité.
➢ La traçabilité des produits est favorisée par la technique car les exploitations sont quasiment autonomes du point de vue de l’alimentation et achètent peu d’aliments protéiques.

La technique du séchage du foin en grange répond, au travers des 2 points vus ci-dessus, à la demande actuelle en produits à haute valeur
ajoutée des industries agro-alimentaires et des consommateurs.



Haut de page